Accueil > Mais si bien sûr > Travail couché par écrit

Travail couché par écrit

10 mai 2013, par Gwenaëla Caprani

Il s’agissait de faire comprendre aux étudiants qui régulièrement étaient à la recherche de stages et qui bientôt chercheraient un emploi, ce qui était attendu d’eux en matière de CV.

Rendez-vous était pris avec des recruteurs professionnels pour les filmer, chacun dans son bureau, sur son lieu habituel de travail.

La chance pour le cinéma !

L’opérateur - c’est ainsi qu’on désigne, en ergonomie, le travailleur à son poste ! - l’opérateur, donc, serait à son poste de travail, dans son décor.

Pain béni pour le cinéma, pour que les mots, les gestes, les pensées, le rythme du recruteur au travail soient donnés à voir, à respirer, à comprendre !

Unité de temps, unité de lieu

Suspens, enjeu

Le recruteur a lancé ses petites annonces et a récolté des CVs. Petites feuilles blanches, noircies sur une face, muettes, à lire. Mise en abîme de l’homme au travail, qui lit le travail passé des hommes confié à de simples petites feuilles blanches modestes et bien ordonnées, pour envisager le travail à venir.

Le recruteur a fait son métier de savoir lire des CVs. Pas le temps de rencontrer tous les impétrants. Ne rencontrer que ceux qui ont su mettre en forme les expériences du travail passé pour prouver qu’ils sont "faits" pour le poste de travail à venir.

Les premiers CVs non retenus sont laissés sur les circuits électroniques, immatériels, même pas imprimés. L’effort du candidat pour parvenir à la première lecture ne conduira pas à la lecture noble, la lecture sur papier !
Il manque sur ces CVs des compétences essentielles qui étaient listées dans la petite annonce, décrivant le poste.

Deuxième vague, imprimer les CVs possibles.

Les placer en tas, dans sa main, en ayant bien en tête le descriptif du poste, l’image sans visage de l’opérateur et de ses futures taches.
Lire les CVs, très vite, 15 à 20 secondes.

La photo pas importante, c’est de savoir-faire, d’expérience qu’il s’agit.

Les expériences passées, écrites là, les sentir vivre. S’imaginer la place qu’a eu le candidat sur ses travaux passés, tenter de comprendre à travers les mots rangés sur une simple petite feuille blanche comment il s’est mobilisé. De son point de vue à lui tout seul, sorti du contexte, des autres, des demandes qui lui étaient faites. Avec son résultat, des mots et des chiffres. Pour faire vivre au mieux sous les yeux du recruteur l’expérience du travail passé.

Travail du candidat pour écrire son CV.

Comprendre le métier du recruteur pour lui donner à lire les mots qui disent l’expérience du candidat sur son métier, les situations qu’il a expérimentées, la longueur du temps pendant lequel le réel est venu se cogner à ses connaissances théoriques.

Le recruteur passe très vite sur la formation, les diplômes. Juste un point de passage obligé. Référence minimale pour rassurer les futurs employeurs.
Il récuse les listes de compétences : sans passage par le réel, où est la preuve ?...

Et puis, pour le plaisir, très rapidement, quelques secondes volées pour tenter de voir un peu l’homme qui existe derrière la feuille de papier, jeter un œil sur les petits plus du bas de la page, les loisirs, les passions en espérant qu’elles donnent un sens à la vie de cet homme qu’on ne voit pas.

Faire trois tas.

1er tas, je les rencontre. Autant de CVs retenus, autant d’entretiens, de dialogues, de découvertes à venir. Ni trop, ni trop peu. Équilibrer le temps à consacrer aux échanges, pour avoir dans l’idéal trois candidats à présenter au demandeur.

2ème tas, je les contacte, mais pour des précisions complémentaires, et je jugerai alors si le CV doit monter ou descendre d’un cran.

3ème tas... poubelle ! Déchéance physique, destination recyclage, pour les petites feuilles blanches qui avaient eu leur chance, mais ne méritaient pas, ce jour-là, d’aller plus loin.

Le film une fois monté, est inséré, dans un cours en ligne en accès privé. Il est accompagné de 11 autres films de moins de 2 minutes chacun, déclinant les points forts du CV, de la lettre de motivation, de l’entretien d’embauche, de l’attitude réseau.

Répondre à cet article