Accueil > Mais si bien sûr > Les communs bien expliqués

Les communs bien expliqués

2 mai 2016, par Gwenaëla Caprani

Le tout est offert par le spécialiste Benjamin Coriat, économiste, en 3 vidéos et un livre :

1- L’historique des communs

Enregistré sur la place de la République à Paris, Nuit Debout du 41 Mars (Dimanche 10 avril 2016)


Les Communs expliqués par Benjamin Coriat... par f1810374174

2- Echange avec le public


Les Communs expliqués par Benjamin Coriat... par f1810374174

3- Complément plus politique

Enregistré le 30 Janvier 2016, au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis : Journée d’étude Ars Industrialis.

Suivre ce lien, puis descendre sur la page à la vidéo où Benjamin Coriat expose son point de vue.

4- Le retour des communs, un livre sous la direction de Benjamin Coriat

extraits :

Pages 30 à 38 :
Les trois traits constitutifs des communs :

  1. Les "communs" résultent de certains attributs de bien et/ou de système de ressources.
  2. L’existence de communs suppose et exige la mise en place de "structures de gouvernance" appropriées, qui sont les garants de leur soutenabilité..
    certains biens sont de bons candidats pour devenir des communs.
  3. Les communs se caractérisent par des régimes de propriété particuliers et originaux.
Système

privateur

* Exemple de système

de faisceau de droits

Propriétaire * Propriétaire

sans droit

d’aliénation

Détenteur

de droit d’usage

et de gestion

Utilisateur

autorisé

Accès et prélèvement OUI * OUI OUI OUI
Management

Gestion

OUI * OUI OUI
Droit d’exclure OUI * OUI
Droit de céder

ou de vendre

OUI *

Pages 38 et 39 :
[Sur la base des travaux d’Elinor Ostrom qui portent sur les communs fonciers], les communs peuvent être définis comme des ensembles de ressources collectivement gouvernés, au moyen d’une structure de gouvernance assurant une distribution des droits entre les partenaires participant au commun (commoners) et visant à l’exploitation ordonnée de la ressource, permettant sa reproduction sur le long terme.

Cette définition à vocation générale doit être [...] précisée [... si on considère] le cas particulier des communs informationnels.

La gouvernance de communs informationnels est orientée, non pas vers la conservation des ressources, mais vers leur enrichissement et leur multiplication.


L’auteur propose de distinguer :

  • Les communs (au sens strict) définis ci-dessus
  • Les biens communs tels que air, océan, fleuves, ouvrages et connaissances non couverts par les droits d’auteur, ont-ils vocation à devenir des communs ? Ils sont en tous cas soumis à des tensions, matière riche qui anime le mouvement social autour des communs.

sur le site de l’éditeur, Les Liens qui libèrent

Autour des « communs » se noue aujourd’hui un espoir fort de transformation sociale à partir d’institutions ou d’entreprises proposant des ressources en accès ouvert. Cet ouvrage entend alimenter la réflexion sur les potentialités qu’offre le renouveau de ces communaux collaboratifs.

Alors même que la notion de droits « exclusifs » reconnus au propriétaire individuel connait depuis quelques trois décennies une phase de durcissement et d’extension continue à de nouveaux objets (vivant, logiciels, semences, médicaments, savoirs traditionnels,....) on assiste, comme s’il s’agissait d’une « contre-tendance » à la montée de revendications et de pratiques pour mieux garantir différents types de « communs » conçus et administrés par des collectifs d’acteurs aux configurations multiples.
C’est ainsi que les « communs », qui consistent non en une négation des droits de propriété mais en des formes nouvelles de partage et de distribution des attributs de ce droit (sous la forme de droits d’accès, d’usage, de prélèvement ...) entre différentes parties prenantes, connaissent aujourd’hui un formidable regain.
Les nouveaux communs qui tirent leur origine de formes très anciennes de droits « communaux » (garantissant l’accès à l’eau, aux pâturages, aux moulins à grains pour les communautés villageoises…), ouvrent ainsi des espaces neufs et permettent de repenser radicalement le droit de propriété tel qu’il était conçu et prévalait jusqu’ici. Des logiciels libres aux licences creative commons permettant l’accès et le partage des créations artistiques ou scientifiques au plus grand nombre, des plateformes ouvertes permettant l’autopartage des biens les plus variés aux garderies auto-gérées… Les communs se présentent aujourd’hui comme autant de solutions à la crise de l’idéologie propriétaire et à l’exclusivisme qui lui sert de fondement.
Cet ouvrage, basé sur des recherches et des enquêtes qui se sont étendues sur plus de trois années ans et qui ont mobilisé près de vingt chercheurs en France comme à l’étranger, présente et explore à partir d’études de cas, d’investigations historiques ou de réflexions menées auprès des acteurs, la multiplicité des alternatives que proposent aujourd’hui les communs et l’économie du partage face aux impasses et apories de l’économie financiarisée dans laquelle nous sommes englués.

Les contributeurs de l’ouvrage :

  • Michel BAUWENS
  • Florence BELLIVIER
  • Françoise BENHAMOU
  • Marie CORNU
  • Séverine DUSOLLIER
  • Charlotte HESS
  • Isabelle LIOTARD
  • Pierre-Andre MANGOLTE
  • Christine NOIVILLE
  • Fabienne ORSI
  • Valerie REVEST
  • Judith ROCHFELD
  • Sarah VANUXEM
  • Olivier WEINSTEIN
  • Jean-Benoît ZIMMERMANN

Répondre à cet article