Accueil > Mais si bien sûr > Le public est-il intéressé ?

Le public est-il intéressé ?

7 avril 2013, par Gwenaëla Caprani

A l’origine, il y a les foires, et les forains.

La séance de cinéma est une attraction pour militaires en permission et bonnes d’enfants, comme l’illustre parfaitement une des affiches des premières séances du Cinématographe Lumière à Paris, au Grand Café.

Les premières projections datent de décembre 1895. Le succès est fulgurant : 33 spectateurs pour la première séance, puis rapidement la salle de 120 places est comble. On fait la queue pour y assister et avec plusieurs séances en continu, ce sont 2500 spectateurs qui sont accueillis chaque jour. [1]

La projection des Frères Lumière est une expérience collective.

Contrairement au système directement concurrent : le Kinetoscope d’Edison.

JPEG - 42.8 ko
Publicity photograph of man using Edison Kinetophone
ca. 1895

L’homme sur cette photo porte des écouteurs, car un phonographe à cylindre est placé dans le meuble et fait tourner une bande musicale associée au film.

Très vite, Edison développe également des systèmes de projection collective : le Projectoscope et de multiples versions du Projecting Kinetoscope.
Le mode particulier de projection individualisée s’est maintenu en parallèle, sans doute parce qu’il favorisait la diffusion de films montrant de jolies danseuses plaisant aux messieurs. [2]

Malgré tout, Louis Lumière, l’industriel lyonnais [3] ne croit pas à son invention.
En engageant en 1896, un opérateur à qui il confie un appareil de prises de vues pour ramener ces images [4] qui aujourd’hui font notre régal, il aurait dit : " Le cinéma est une invention sans avenir", et son frère Auguste renchérissait : "Notre invention peut être exploitée pour un certain temps comme une curiosité scientifique, mais en dehors de cela, elle n’a aucun futur commercial, quel qu’il soit."

Le programme de la première séance

Et pourtant, le public s’est déplacé en masse pour assister aux représentations du Cinématographe en payant sa place à 1 franc.

JPEG - 48.4 ko
Le programme de la première séance du Cinématographe
28 décembre 1895

L’Institut Lumière de Lyon offre de visionner l’intégralité des films projetés lors de ces premières séances payantes [5].

  • 1. La Sortie de l’Usine Lumière à Lyon (le Premier Film) (1895)
  • 2. La Voltige (1895)
  • 3. La Pêche aux poissons rouges (1895)
  • 4. Le Débarquement du Congrès de Photographie à Lyon (1895)
  • 5. Les Forgerons (1895)
  • 6. Le Jardinier (l’Arroseur arrosé) (1895)
  • 7. Le Repas (de bébé) (1895)
  • 8. Le Saut à la couverture (1895)
  • 9. La Place des Cordeliers à Lyon (1895)
  • 10. La Mer (Baignade en mer) (1895)

Soit, sur 10 bandes, 3 films d’entreprise (1, 4 et 5), 2 films touristiques (9 et 10), 3 films gags (2, 6 et 8) et 2 films de famille (3 et 7).

Le tout premier film en projection publique payante est donc un film d’entreprise !

JPEG - 121.2 ko
Vue n°91 Sortie d’Usine
le premier film tourné le 19 (?) Mars 1895
© Association Frères Lumière

Messieurs Lumière Louis et Auguste, entrepreneurs de génie, n’y ont pas cru.

Aujourd’hui les films sont à portée de main des entreprises : coût limité, souplesse des techniques numériques...
et elles disposent sur leurs sites Web d’espaces de diffusion en totale souplesse : aucune contrainte de format, ni en taille, ni en durée, liberté de duplication...

Qu’en font-elles ?

"La fonction de penser ne se délègue pas."
Alain-Fournier

info portfolio

Le Kinetoscope (Edison 1895)fait tourner en boucle des petits films de 2 à 3 (...) Un Kinetoscope Parlor (New-York (?) vers 1900 série de projections (...)

Répondre à cet article