Accueil > Mais si bien sûr > Cine-déontique du faire

Cine-déontique du faire

20 mai 2013, par Gwenaëla Caprani

J’ai toujours été très épatée par la capacité des équipes de cinéma à se mettre à l’ouvrage, sur un rythme immédiatement efficace, dès la première heure du premier jour des prises de vues.
Un questionnement sur une évidence, qui gagnerait à être interrogée... parce qu’elle ne serait pas si évidente que ça.

JPEG - 139.6 ko
Harry Potter

Dans la majorité des cas, une grande partie des techniciens convoqués pour ce premier jour sur le plateau ne se sont jamais rencontrés auparavant.
Chacun prend sa place et est reconnaissable aux outils qu’il manipule, à la position sur laquelle il se situe sur le plan d’organisation du tournage : ce plan a un centre dénommé "le décor" ou "le plateau" qui désigne la zone où se placera la caméra pour le premier plan tourné, autour duquel se répartissent les zones d’exercices des différents métiers :
- zone de stationnement des véhicules impérativement proches du décor,
- zones de stationnement des autres véhicules,
- zone habillage, maquillage, costume,
- zone régie...

Les présentations se font sur un mode opportuniste, réglées sur les besoins de l’organisation de l’activité et au service de celle-ci :
- "Bonjour, je suis Marie, la scripte."
- "Bonjour, enchantée, Bénédicte, première assistante caméra. Tu connais le réalisateur ? Tu as déjà travaillé avec lui ?"

Suit un rapide échange, très factuel, pour pointer les pratiques qui vont être spécifiques à ce tournage-là :
- "On a beaucoup de plans truqués. On va systématiquement noter, pour chaque plan, les hauteurs caméra, les distances et les focales."
Ou un technicien fait part à son collègue d’une manie, une pratique professionnelle un peu particulière, et à laquelle il tient.

Et chacun prend son poste pour assurer le tournage du premier plan... le tout sans qu’il soit fait appel à aucune "technique de management" : cadrer, encadrer, contrôler, consignes, suivi des consignes, contrôle du suivi des consignes, communication corporate, s’assurer de la "conformité", processus managériaux pour favoriser les relations internes et externes...

JPEG - 58.9 ko
Retour vers le futur

De la coordination

Deux postes sont en charge de la coordination :
Le directeur de production, a procédé à l’embauche de tous les techniciens. Il a une vision très complète de l’équipe. Il a entendu les contraintes de la réalisation et de la production et a fait appel à des chefs d’équipe : image, son, déco, costumes, maquillage...
Il a organisé sa propre équipe de régisseurs, et son équipe secrétariat - comptabilité pour le suivi quotidien du budget.
Les chefs d’équipe ont, chacun de leur côté, organisé leurs équipes, en fonction des besoins du tournage et des contraintes budgétaires.
En amont du tournage, tous les techniciens prévus sur la préparation, ont travaillé en lien avec la réalisation, la production et le chef d’équipe. Ces travaux sont réalisés en liaison verticale : membre d’une équipe métier -> chef de cette équipe métier -> production/réalisation.

Le premier assistant-réalisation assure la coordination des temps sur le tournage. Il a, entre autres, pour fonction de recueillir, en tant qu’information, le temps nécessaire à chaque équipe pour préparer le plan, et de faire circuler cette information aux autres membres de l’équipe. Il "reste tendu" sur ce temps dont il a la connaissance et sonne le rappel dès tout est prêt pour la prise de vues.

Coordination n’est pas synonyme de contrôle

JPEG - 72 ko
Les poneys sauvages

Des inconnus se constituent en équipe de travail immédiatement performante

Pendant la période de préparation, les occasions de travail en liaison horizontale, c’est-à-dire entre membres d’équipe métier différente sont rares.
Le premier jour de tournage est donc le premier moment qui voit toutes les équipes se rassembler, l’équipe de tournage se constituer.

Or, même le premier jour, aucun temps n’est dédié à la mise en relation des techniciens entre eux. Et pourtant, l’équipe est fort nombreuse : 50...100 techniciens et ouvriers, parfois plus, parfois de plusieurs nationalités.
Ces gens ne se connaissent pas et sont pourtant parfaitement et immédiatement efficace pour un travail, le tout sans contrôle, sans nécessité d’affecter un poste qui serait dédié à la mise en cohérence des actions de chacun.

Les liens que les êtres humains tissent entre eux en vue de travailler ensemble - les liens de coopération - sont produits grâce à une activité spécifique que nous désignerons désormais par l’expression "déontique du faire", pour souligner que son motif est le faire, le faire ensemble ; le travailler, le travailler ensemble.

La déontique du faire ne se développe pas à partir de considérations sur les êtres ni sur les personnalités. Elle est d’abord orientée par un objectif instrumental : réussir à produire ensemble. [1]

JPEG - 61.6 ko
Rocco et ses frères

Déontique

La logique déontique (du grec déon, déontos : devoir, ce qu’il faut, ce qui convient) tente de formaliser les rapports qui existent entre les quatre alternatives d’une loi : l’obligation, l’interdiction, la permission et le facultatif. [2]

Un monde à part

Les gens de cinéma, c’est un monde à part, ils font ce qui leur plait, ils voient aboutir le résultat de leur travail.
Ils sont payés pour faire ce qu’ils font ?
Oui, salariés, contrat de travail, convention collective (depuis peu)...
Ah... Ils ont échappé à la folie managériale.
Doivent-ils être réintégrés dans le rang ?
Pour qu’ils goûtent eux aussi à :
- agis librement mais obéis au process
- développe l’esprit d’équipe mais encourage les performances individuelles
- il nous faut un produit "premium" mais "grand public"
- le prochain projet sera le bon : nous allons automatiser l’enregistrement des reportings, la gestion des flux et l’évaluation des performances...

Ils y ont échappé, "on" les a laissé bosser.
Ne vous en faîtes pas, ils ont aussi droit au "low cost".
Mais comme il n’y a pas d’autre façon de faire des films, qu’en équipe...

Notes

[1DEJOURS Christophe, Travail vivant Tome 2 : Travail et émancipation, Paris Editions Payot & Rivages, Edition de poche 2013, page 99

[2Wikipedia - article Logique déontique

Répondre à cet article