Accueil > Mais si bien sûr > Affirmer l’automatisation

Affirmer l’automatisation

2 mars 2015, par Gwenaëla Caprani

Dans le contexte de l’industrie de la High Education, comme on l’appelle à Stanford [1], ou ce qu’on appelle à l’UNESCO, les sociétés du savoir, dans ce contexte qui est plus généralement ce qu’on appelle :

  • les big data,
  • ou le calcul intensif
  • le trading haute fréquence
  • les smartcities
  • et plus généralement l’automatisation généralisée ce que nous avons appelé dans les entretiens de l’an dernier [2] : l’automatisation intégrale et généralisée.

nous soutenons, avec beaucoup d’autres maintenant [3], que le monde industriel entre dans un processus, à travers le numérique, d’automatisation, qui va détruire l’emploi, massivement et structurellement, et sans rémission, et qu’il n’y a pas de politique de relance de l’emploi qui tienne la route dans ce contexte là.

Il faut repenser profondément l’organisation industrielle, l’organisation politique, l’organisation économique pour faire face à ce problème majeur et catastrophique qui est la nécessité impérative de sortir du modèle fordo-keynesien.

Bernard Stiegler - 30 Juin 2014

PNG - 188.1 ko
Introduction aux Entretiens préparatoires des Entretiens du nouveau monde industriel 2014
30 juin 2015 Télécom ParisTech. - Lien vers la vidéo : http://enmi-conf.org/wp/enmi14/entretiens-preparatoires/

Notes

[1L’innovation éducative : une question économique ? - http://www.internetactu.net/2012/10/17/linnovation-educative-une-question-economique/

[2Les Entretiens du nouveau monde industriel 2013 - LE NOUVEL ÂGE DE L’AUTOMATISATION – Algorithmes, données, individuations : http://enmi-conf.org/wp/enmi13/

[3Travail et automatisation : la fin du travail ne touche pas que les emplois les moins qualifiés - http://www.internetactu.net/2014/06/17/travail-et-automatisation-la-fin-du-travail-ne-touche-pas-que-les-emplois-les-moins-qualifies/ - Notez que le titre de cet article est critiquable, car il y est question de la fin de l’emploi et non de la fin du travail !

Répondre à cet article